Grégoire Fabvre

 

A la question « que veux tu faire plus tard ?», je répondais étant enfant « Raconter des histoires ».

Après les gribouillis, les déguisements en cowboy et en indien, les bandes dessinées, …, je découvris avec émerveillement le cinéma et me vint l’envie d’en faire un jour mon métier.

Aux aspirations créatrices de l’enfance, se sont naturellement superposées des préoccupations d’adulte : le besoin d’interagir avec le monde qui nous entoure. Par bonheur, l’investissement dans une pratique artistique permet de préserver l’un et l’autre.

Aujourd’hui, mon activité de créateur se partage entre la réalisation de films documentaires et un travail plastique : dessins, sculptures et vidéos expérimentales. Ces différentes pratiques sont pour moi complémentaires. Elles me permettent de traduire sous des formes différentes le regard que je porte sur le monde et, soit dans des salles de cinéma, soit lors d’expositions, de raconter des histoires.

CINEMA DOCUMENTAIRE

En commençant mes études à l’Ecole Supérieur d’Audiovisuel (E.S.AV) de Toulouse, j’avais pour objectif de réaliser un jour des films de fiction.

Mais, mon envie de découvrir d’autres cultures, de parcourir le monde en m’y impliquant physiquement, caméra en main, me firent m’orienter vers le cinéma documentaire.

Réaliser des longs métrages documentaires m’a permis de voyager au Brésil, au Portugal, en Egypte… et au travers de sujets qui me tenaient à cœur, de raconter des histoires « vraies ».

ARTS PLASTIQUES ET VIDEOS

Parallèlement à mon travail de cinéaste, je réalise des œuvres plastiques - sculptures, dessins et vidéos expérimentales - destinées à des expositions d’art contemporain.

Ces activités me permettent d’expérimenter dans un contexte différent d’autres formes visuelles et narratives en retrouvant le plaisir des premières impulsions créatrices : toucher, gribouiller, gratter, creuser, manipuler, coller, gommer, composer, colorier,… ; et de traduire autrement des sensations, des émotions, des souvenirs, des humeurs variables selon les jours, les saisons ; et d’aborder certaines problématiques du vaste monde avec plus de distanciation, parfois de manière poétique, parfois en maniant l’humour ou l’ironie.

PEDAGOGIE

Je m’investis depuis plusieurs années dans l’éducation à l’image en animant auprès d’enfants et d’adolescents des ateliers pratiques de réalisation d’œuvres audiovisuelles de fiction.

En 2013, j’ai rejoint le dispositif Collège au cinéma dans le département de l’Hérault. Dans le cadre des rencontres avec un professionnel, j’interviens dans des classes de collège en menant un atelier consacré au cinéma documentaire.

Dans ces différentes actions pédagogiques je retrouve le même souci de transmission qui accompagne ma démarche de cinéaste documentaire.